Clairière UXELLIA

Notre Clairière Uxellia célébrera Artuana Alba le dimanche 17 Décembre è.v.

Réflexions sur les Cinq Eléments (2)

Une fois n'est pas coutume, nous allons faire une petite incursion dans le domaine d'autres religions, le temps d'illustrer un certain point de vue sur les Cinq Eléments.

 

Quelques lignes pour parler du Tétramorphe.

 

Le Tétramorphe, ou les « quatre vivants », représente comme chacun sait les quatre animaux ailés tirant le char de la vision d'Ezéchiel. Leur origine remonte à la nuit des temps et on les retrouve dans diverses civilisations de l'Antiquité, en particulier en Egypte et en Mésopotamie, avant de les retrouver dans la Bible avec Ezéchiel d'abord puis avec Jean dans l'Apocalypse.

 

Rappelons la nature de la vision du prophète Ezéchiel : un homme, un lion, un taureau et un aigle.

En Egypte, ils étaient les « quatre gardiens du créateur », qui vont constituer autour de lui un rempart vivant.

 

Plus tard, comme on sait, les Pères de l’Eglise, et plus précisément Irénée au 2ème siècle, en ont fait les emblèmes des Quatre Evangélistes.

 

Ceci, pour l’Exotérisme. C'est-à-dire l’explication première, courante, offerte au grand nombre.

Pour ce qui concerne l’Esotérisme – la signification plus profonde, plus secrète du dogme – c'est tout autre chose.

 

Constatons que nous retrouvons ce symbole composite en d’autres temps et en d’autres lieux : en Grèce (à Delphes) …

 

 

Et en Perse …

 

 

Notons au passage que l’association de ces quatre créatures réalise le Sphinx, le Sphinx ailé.

 

A Babylone, ils figuraient les quatre points cardinaux et en astrologie, science inventée par les civilisations mésopotamiennes, ils symbolisaient les quatre signes fixes du zodiaque.

 

 

C’est donc une représentation zodiacale en relation avec les quatre éléments :

  • une tête d'homme (Verseau, signe d'air)
  • un corps de taureau (Taureau, signe de terre)
  • des pattes de lion (Lion, signe de feu)
  • des ailes d'aigle (remplacé a posteriori par le Scorpion, signe d'eau)

 

Des vérités toutes simples se dégagent donc bien vite de ces quatre symboles accaparés par le monde chrétien (c’est-à-dire les quatre évangélistes).

En effet, le Tétramorphe représente les quatre saisons de l’année :

 

 

  • Le Taureau pour le Printemps (entre le Bélier et les Gémeaux)
  • Le Lion pour l’Eté (entre le Cancer et la Vierge)
  • L’Aigle, maintenant représenté par le Scorpion, pour l’Automne (entre la Balance et le Sagittaire)
  • L’Homme, Ganymède ou Echanson des Dieux, maintenant le Verseau, pour l’Hiver (entre le Capricorne et les Poissons)

 

Nous avons donc les points cardinaux et les moments cruciaux de l’année que sont les solstices et équinoxes, ainsi que les couleurs qui leur sont associées.

L’adoption des noms des Evangélistes n’a rien de traditionnel, au sens initiatique, et n’est, là aussi, qu’un placage tardif des Pères de l’Eglise.

 

Arrêtons-nous là pour cette rapide incursion. La prochaine livraison traitera de la Terre.



07/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 99 autres membres