Clairière UXELLIA

Notre Clairière Uxellia célébrera Artuana Alba le dimanche 17 Décembre è.v.

Chronique - Le Centre du Cercle (1)

Au cours d’une longue nuit d’été de l’année 2320 (-54 avant l'ère vulgaire) en forêt à 2 heures de marche de Bibracte, sous l’ombre de l’Eperon Barré projetée par une lune pleine sur le plat sacré de Faubouloin, un groupe de Druides et un Ovate discutaient autour d’un feu de bois, sous le regard bienveillant du Druide des Eduens et qui était aussi le Druide des Druides, j’ai nommé le Grand Diviciacos.

 

Après un bon repas arrosé de cervoise, les discussions allaient bon train, les Frères s’étaient assis naturellement en cercle sous la voûte étoilée, sauf un peu en retrait, Diviciacos debout au pied du Grand Chêne, appuyé sur un long bâton.


Un Jeune Marcassin récemment élevé Ovate demanda à ses Frères :
« On nous parle souvent de la symbolique du CENTRE DU CERCLE, mais pouvez-vous me dire à quoi cela correspond ? Quel est le Centre et quel Cercle ? J’ai demandé à bien des Druides, tous étaient d’accord pour reconnaître la forte symbolique de cette expression, mais aucun ne s’accordait sur son interprétation exacte. »


Le premier à prendre la parole est le Druide Vate ( Expert en instruction et Tradition), et il lui répondit doctement :
« Les Druides attribuent au Cercle une symbolique propre à chacun des 3 grades.


Au grade de Marcassin, le Cercle, représenté par le compas – outil pour le dessiné - est la Voûte céleste et l’Equerre qui sert à vérifier la justesse des pierres est la Terre. Regardez et observez à Bibracte notre bassin comment il a été dessiné et réfléchissez...

 

Dans certaines de nos leçons d’instruction, le déplacement en lieu consacré, comme celui où nous sommes cette nuit, délimité par la source au Septentrion, le Chêne ancestral, Arbre du Monde qui nous abrite à l’Est, le pommier et ses fougères au Sud, et pour finir le Y des 2 torrents La Rainache et le Ruisseau de la Montagne en contre-bas à l’Ouest avant de s’engouffrer dans les Gorges de l’Oussière, le déplacement disais-je, est strictement réglementé. Il se fait dextrorsum, dans le sens de l’astre du jour dans sa course quotidienne d’Est en Ouest.


Nous reviendrons sur le positionnement du Chêne en Est lors d’une prochaine assemblée et de la symbolique le concernant.


Pour le Marcassin, parcourir le Cercle ainsi, c’est se conformer à l’ordre du Monde, celui donné par Die Pater (Taranis Dieu du ciel, de la terre et des enfers).


Au grade d’Ovate, où tu viens juste d’arriver, tu apprendras les secrets des Arts Libéraux et en particulier la Géométrie, celle qui permet de tracer les sphères céleste et terrestre. Regardes et observes à Bibracte notre bassin en forme de croissant, et calcules avec le compas son orientation et sa conception, il n’y a pas de hasard.


Au grade suivant de futur Druide, patatras ! Tout se désunit ! L’Ovate qui croyait comprendre les secrets de l’Univers est soudain désorienté, plongé dans les ténèbres. Les 3 directions, L’Orient, le Midi et l’Occident, lui sont barrées par une nuit de Samain. Le Septentrion inaccessible, vide de Lumière, est une impasse, il passera 3 jours et 3 nuits dans le Tertre de ses ancêtres.

 

L’issue ? Il n’y en a pas tant qu’il cherche dans le plan terrestre ! Alors pour en sortir tant physiquement du tertre que symboliquement, il devra s’élever en quittant le plan matériel (l’Equerre) pour le plan spirituel (le Compas).
Les 4 points cardinaux et les 2 directions verticales, le Zénith et le Nadir forment une sphère indiquée par les 6 directions de l’espace.


Le Centre est la 7° direction qui les réunit tous.

 

En se plaçant en son centre, l’Ovate que tu es devenu, nouvellement initié, peut retrouver le Cercle, figure géométrique parfaite contenant le secret de construction de l’Ouvrage (notre bassin) mais aussi celui de l’Ouvrage par Die Pater. »

 

Le deuxième à prendre la parole est le Druide Cainte (Expert en Chant – Invocation – Bénédiction et Malédiction), il continua ainsi :


« Cela est fort bien résumé, mon Frère ! Sais-tu, poursuit-il en s’adressant au Jeune Ovate, que dans les traditions de l’Orient où j’ai beaucoup voyagé, les trois premiers mots de la Genèse sont « Bereshit bara Elohim » , ce qui veut dire « Au commencement, Die Pater créa ».


Dans le Zohar, « Bereshit », Commencement, se lit aussi « Bara shit », il créa six, ce qui peut s’expliquer par : il créa les 6 jours, mais aussi les 6 directions spatiales. Tu vois je rejoins mon Frère Vate.


Le Centre la 7° direction, peut être interprété comme le Commencement, l’Origine et le Cercle comme sa manifestation, la Création, comme des ronds se formant sur la surface de l’eau autour d’un point d’impact.


Tu es, Jeune Ovate, sur un de ces cercles : revenir au Centre, c’est revenir à l’instant de la Création. »


Il continua ainsi en traçant dans la terre à partir d’un point central un trait vertical, puis se mit à dessiner en le commentant un schéma très complexe formé de cercles et de traits entrecroisés que le Jeune ovate reconnu vaguement comme un Arbre, le Chêne à l’Est de son espace sacré.

 

Mais ce dernier ne l’écoutait plus…Il se demandait simplement ce que faisait Die Pater avant la Création… « …..et ainsi on retrouve l’Ain Sof Or, la Lumière et l’Infini ! » conclut au bout de 10 minutes fièrement le Frère Cainte.
Il leva la tête et vit à la mine perplexe du Jeune Ovate que celui-ci avait été peu attentif à ses explications.

 

Le troisième à poursuivre est le Druide Scelaige (Expert en Récits épiques et en mythologie).
« Mes Chers Frères, ce que vous dites est fort intéressant et fort juste.


Les philosophes grecs disaient la même chose de la figure parfaite du cercle, mais ils sont allés beaucoup plus loin. »
« Platon (-428 avt J.C) écrit dans la Timée que le Monde est un être vivant constitué d’une âme et d’un corps. Le corps est sphérique car « c’est là la figure la plus parfaite et la plus complètement semblable à elle-même ».


Le Monde est doté d’un mouvement de rotation uniforme :
« Il (Die Pater) l’a fait se mouvoir d’une rotation circulaire ; il l’a privé des 6 autres mouvements et il l’a empêché d’errer par eux. »


Les 6 mouvements dont parle Platon, sont les mouvements rectilignes dans les 6 directions ; le 7° mouvement est le mouvement de rotation circulaire.


Die Pater de Platon place ensuite l’âme du Monde en son centre et de là l’étend pour envelopper tout entier et créer le Ciel. Puis il construit la voûte céleste et les orbites des astres.


Ainsi le Cercle correspond au Corps du Monde, le Ciel et le Centre est l’Ame du Monde, sa structure mathématique.
« Mais la Terre dans tout ça ? Où est-elle ? Au centre du Monde ? » demanda le Jeune Ovate.


Le Frère Scelaige continua ainsi :


« C’est vers le disciple de Platon et son Traité du Ciel qu’il faut se tourner : Aristote (-384 avt J.C).
Celui-ci était beaucoup moins lyrique et mystique que son Maître, il retira les éléments poétiques introduits par Platon comme l’âme du Monde et construisit un système solide bâti sur la logique et le raisonnement.

 

Comme Platon, l’Univers d’Aristote est concentrique formé de sphères emboitées : le Ciel est sphérique et son Centre, le globe terrestre, immobile et également sphérique.
Entre ces 2 sphères, le globe terrestre et la sphère céleste, le Monde se sépare en deux, la frontière étant l’orbite de la Lune.


En dessous, c’est le Monde sublunaire, terrestre. Les mouvements y sont rectilignes : vers le haut ou vers le bas. La matière composée de 4 éléments traditionnels, soit lourds ou légers, suivent leur mouvement propre : la terre et l’eau vers le bas ; l’air et le feu vers le haut.


Au-dessus, c’est le Monde supralunaire, céleste. Là où les astres et les planètes se meuvent éternellement dans un mouvement circulaire. Il y a 7 planètes ou sphères célestes : celles de la Lune, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne.


Après, une autre sphère, celle des étoiles fixes, et au-delà une dernière sphère correspondant au Moteur premier, celui qui fait se mouvoir tout l’Univers. »

 

« J’ai compris ! s’écria le Jeune Ovate. Trouver le Centre du Cercle, c’est comprendre cette merveilleuse architecture de l’Univers. »


Le quatrième à apporter son grain de sel est le Druide Liaig (Expert en Médecine). « Pourtant les 2 mondes céleste et terrestre sont en correspondance et il cite Hermès Trismégiste (personnage mythique de l’Antiquité d’avant Platon) dans La table d’Emeraude : « Ce qui est en Bas, est comme ce qui est en Haut & ce qui est en Haut, est comme ce qui est en Bas. »

 

« Hermès Trismégiste ! Le Trois fois Grand ! » reconnu immédiatement le Jeune Ovate qui semblait avoir bien retenu les enseignements de son Druide Vate.
« Exactement mon Frère ! » poursuivit le Frère Liaig, « En fait il y a 2 explications : - la première se comprend en traçant ceci : »


Le Frère Liaig fit un point dans la terre du tertre et traça un cercle autour de celui-ci.
« Que vois-tu mon Frère ? » demanda le Druide Liaig.
« Un cercle avec un point au milieu… » répondit en hésitant le Jeune Ovate.
« Précisément ! Astrologiquement, ce symbole désigne le Soleil. Mais alchimiquement, il désigne aussi l’or. Or l’or est le résultat de la transmutation des métaux. Parvenir à transformer le plomb en or, c’est réaliser le Grand OEuvre des Alchimistes. »
« Ainsi, il faudrait dissocier le centre du cercle et comprendre le Cercle et le Centre, contrairement à ma question première !! » s’écria le Jeune Ovate « Cela me plait bien ».
« La seconde application, continua le Frère Liaig, vient du sens de la phrase hermétique : « Ce qui est en Bas, est comme ce qui est en Haut… »


Autrement dit, le Microcosme est comme le Macrocosme… »
« Le Macrocosme, je comprends dit le Jeune Ovate, mais le Microcosme c’est quoi ? L’atome ? »
« Non répondit le Frère Liaig. Le Microcosme c’est l’Homme. La figure symbolisant le retour à l’origine de la Création, c’est l’Orobouros, représenté dans la tradition hermétique par un serpent qui se mord la queue. »
« Par Cernunos (Dieu de la Nature)! Souffla le Jeune Ovate. »

 

« La transformation de l’Initié c’est sa transformation sur soi-même. Le Centre indique que pour cela, je dois prendre exemple sur la circonférence, la manière dont le Monde a été créé par Die Pater. Le retour à l’origine permet de revenir à la matière première non-manifestée. La –Materia Prima-, la Terre vide et informe du chaos des Grecs. A la création de l’Univers, la Matière première fut fécondée par la Lumière créatrice pour former l’oeuf cosmique ? De là est né le cosmos : »Ordo ab Chao », l’Ordre naît du Chaos.


La transformation de l’initié procède du même processus : de même Die Pater a bâti le Cosmos, de même le Marcassin puis l’Ovate que tu es, construit son temple intérieur. »


« Le Centre et le Cercle m’indique le sens de mon retour pour opérer ma propre transmutation, mon Grand OEuvre ! conclut fièrement le Jeune Ovate. »


A ce moment, une voix venue de derrière retentit et les fit sursauter tous :
« L’âme du Monde, le retour à la Matière première, la fécondation par la Lumière créatrice, l’oeuf cosmique, les Sphères célestes… Par Bibracte (Déesse de l’oppidum)…Tout cela est bien joli, mais… »

(à suivre)

 

Kiredorix



16/11/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 99 autres membres