Clairière UXELLIA

Notre Clairière Uxellia célébrera Samonios le dimanche 12 Novembre è.v.

Premier colloque consacré à la religion celtique et aux études druidiques

Ce mercredi 11 novembre 2015 s’est tenu le premier colloque consacré à la religion celtique et aux études druidiques.

 

Bande_annonce.JPG

 

Ce colloque, organisé par la revue Keltia, magazine exclusivement consacré aux cultures celtes, dont la publicité n’est plus à faire tant les articles de fond qu’elle publie régulièrement chaque trimestre en fait une référence dans notre communauté celto-druidique, étant hébergé par la Mission Bretonne de Paris, Ti ar Vretoned, également le berceau, rappelons-le, du non moins célèbre Bagad Pariz (bombardes, cornemuses, et percussions celtiques).

 

Cette manifestation a tout de suite eu un grand succès, puisque assez longtemps avant la date du 11/11 les réservations étaient closes.

Et en effet, la grande salle de la Mission était bondée. Et il y avait même un certain nombre de personnes n’ayant pas réservé leur place, ou s’y étant prises trop tard, qui attendaient à l’accueil et dans la cour.

 

Présenté par Fabien Régnier, archéologue et fondateur de la revue Keltia, qui en a fait l’introduction puis la clôture et la conclusion, puis par Françoise Le Goaziou, historienne et Vice-Présidente de la Mission Bretonne, ce colloque s’est appuyé sur les communications de quatre conférenciers, chaque conférence étant suivie d’un débat, une pause  déjeuner (repas sur place), un court concert de musique celtique, un conte lié à la tradition, ainsi que des stands organisés par Keltia. En cours et en fin de journée, un « bar celtique » était ouvert proposant naturellement bière, cidre, et Chouchen.


Les conférenciers, très appréciés et vivement applaudis, ont été :

 
Venceslas KRUTA.

Thème de la conférence : "Images et symboles: l'art et la religion des anciens Celtes".

 

Venceslas Kruta est un des experts mondiaux de l’art des Celtes et de leur civilisation. Directeur d’études émérite de Protohistoire de l'Europe à l'École pratique des Hautes Études de Paris, ancien directeur du Centre d'études celtiques de Paris (CNRS) et ancien président des revues académiques Gallia et Études Celtiques.

 


Bernard SERGENT.

Thème de la conférence : "Druides et Brahmanes".

 
Historien et archéologue spécialisé dans le comparatisme indo-européen, particulièrement entre les religions celte, grecque et hindoue. Agrégé d'Histoire, docteur en Histoire ancienne et archéologie, chercheur au CNRS, président de la Société de Mythologie française (SMF), fondateur de l'association Basilis. Auteur d'une vingtaine d'ouvrages.

 


Jacques LACROIX.

Thème de la conférence : "Toponymie et géographie sacrées en Gaule. Messages par-delà le temps".


Professeur agrégé, docteur ès lettres de l'université de Bourgogne, spécialisé dans l'étude de la langue gauloise. Auteur d'une série d'ouvrages consacrés aux noms d'origine gauloise (lexique et noms de lieux : La Gaule des combats, La Gaule des activités économiques, La Gaule des Dieux), au celtique devo- et aux eaux sacrées. Ses recherches sur les liens entre la toponymie et le sacré en Gaule en font l'un des plus grands spécialistes de la question.

 

Dominique HOLLARD.

Thème de la conférence : "Le monnayage celtique, vecteur de messages religieux".

 
Chercheur au Cabinet des Médailles. Responsable des fonds monétaires celtique et romain à la Bibliothèque Nationale de France. Auteur de très nombreux articles et d'ouvrages sur le monnayage et sur la religion celtique. Livres : Cernunnos, le Dioscure sauvage. Recherches comparatives sur la divinité dionysiaque des Celtes, Images monétaires et mutations idéologiques au IVe siècle, Numismatique et archéologie en Poitou-Charentes.

 

-oOo-

 
En résumé, une journée très dense, qu’il va maintenant falloir digérer à partir des innombrables notes prises à la volée, recoupées avec les connaissances déjà acquises dans le domaine des Celtes, de la langue gauloise pour moi incontournable, et de la philosophie druidique omniprésente au cours de cette si riche manifestation, qu’il s’agisse de l’étude des monnaies, de l’ « art celte » qui n’était aucunement décoratif, de la toponymie qui révèle de la façon la plus claire possible la présence des dieux et des déesses partout en Gaule, et surtout, la relation si étroite entre Druides et Brahmanes.

 

La conclusion tirée du discours de clôture de Fabien Régnier ne peut que nous conforter dans notre actuelle démarche excluant tout côté farfelu d’un Druidisme fantasmé de type nouvel âge si peu crédible car sans rapport avec une quelconque vérité historique  :

 

« La renaissance druidique ne pourra se faire que s’appuyant sur des acquis scientifiques. »

 

 



12/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 99 autres membres